Un peu d’Histoire…

Fondée par les moines bénédictins qui, chassés de Noirmoutiers par les Normands, établirent en 875 une sorte de communauté agricole au Lieu-dit “Bretagne” du nom de leur pays d’origine. Ancienne paroisse monastique dépendant de l’Abbaye de Saint-Pourçain puis de l’Abbaye de Tournus, Sancti Juliani de Nulliaco plus tard Nully (contraction de novus locus : le nouveau lieu) est, à la fin du 1er millénaire, l’embryon de la commune de Neuilly-le-Réal.

Elle se place sous la protection de saint Julien, légionnaire romain converti au christianisme et martyrisé à Brioude. Une fontaine dédiée à ce saint en perpétue le souvenir. Pendant la période troublée de la guerre de Cent ans, cette paroisse monastique fut réduite à l’état de simple paroisse, desservie par un prêtre séculier désigné par l’évêque de Clermont. Nully, située dans une région pauvre, marécageuse et malsaine, qui sera en 1816 comparée à une “Sologne”, échappa aux dévastations de la guerre. Cette région trop plate pour permettre des défenses naturelles, “infestée” peut-être par des lépreux, éloignée de voies de circulation importantes, n’excitait aucune convoitise. Une légende voudrait que le qualificatif de “royal” ait été ajouté au nom de la paroisse à la suite d’une aide financière des habitants de Nully, pour payer aux Anglais la rançon du roi Jean Le Bon.

C’est après la révolution (1790) que le village prit le nom de Neuilly-sur-Sanne puis redevient « le royal » en 1795, avant de s’approprier définitivement son nom actuel.

Pendant longtemps, Neuilly-le-Réal est resté un bourg agricole, chef-lieu d’un canton de neuf communes rurales. Actuellement, cette commune d’environ 1500 habitants dispose d’un tissu artisanal varié et de commerces de proximité nombreux.


2 place de la Mairie
03340 Neuilly-le-Réal

• Du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 15h à 17h30
• Le samedi de 9h à 12h